Historique des actions de conservation

Dès 1974, l’Office National pour la Chasse et la Faune Sauvage procède à des comptages des populations d’outardes en Poitou-Charentes et plus particulièrement en Deux Sèvres.

En 1994, une équipe de recherche sur la problématique des oiseaux de plaine se met en place au Centre d’Études Biologiques de Chizé (Deux Sèvres) sous la direction de Vincent Bretagnolle

<media33|vignette|right|legende|taille=100>De 1997 à 2001, un premier LIFE Nature expérimental "Conservation de l’Outarde canepetière et de la faune associée" permet d’accroître les connaissances sur la biologie de l’espèce grâce au travail de terrain sur plusieurs secteurs d’étude et aux travaux scientifiques du CEBC-CNRS qui en ont découlé.

Ce programme a identifié les causes de déclin des populations migratrices d’Outarde qui souffrent d’un déficit de production. Les femelles n’arrivent pas à mener à terme les couvées à cause des fauches de prairie et des broyages de jachères. Les nichées, voire les femelles elles-même, sont détruites lors des travaux agricoles. par ailleurs, les poussins meurent de faim faute de nourriture suffisante.

Pdf a télécharger rapport scientifique Life

Entre 2001 et 2006, le plan national de restauration de l’Outarde canepetière repose sur une série d’actions identifiées pour chaque type d’espace agricole dans lesquels l’espèce est présente (Crau, Languedoc-Roussillon et plaine céréalière). Trois de ces actions sont apparues comme prioritaires et à mettre en œuvre dès 2002 :

  • La désignation de zones de protection spéciale (ZPS) au titre de la Directive « Oiseaux » sur les sites importants pour l’Outarde canepetière.
  • La mise en place de mesures agro-environnementales
  • La réalisation d’une étude de faisabilité du renforcement des populations d’outardes élevées en captivité.

Le LIFE Nature 2004-2009 "Renforcement des populations migratrices d’Outarde canepetière en France" a été couplé à ce plan.


Mots-clés

LPO Agir pour la biodiversité

DREAL Poitou-Charentes