Évolution de l’habitat

L’Outarde canepetière est menacée par l’évolution de son habitat

JPEG - 414.2 ko

L’Outarde canepetière a disparu de huit régions françaises : Champagne-Ardennes, Alsace, Ile de France, Picardie, Bourgogne, Franche-Comté, Aquitaine et Midi-Pyrénées. Dans ces régions, l’habitat favorable à l’outarde n’existe plus car les systèmes de production agricole sont spécialisés en grandes cultures à destination alimentaire ou industrielle. La production de luzerne (plus de 70 000 ha en Champagne-Ardenne) elle-même est destinée à la production industrielle de granulés déshydratés qui nécessite des coupes fréquentes dans les parcelles, les rendant inhospitalières pour l’outarde.

De nombreuses études scientifiques ont démontré que les causes principales de régression des oiseaux de plaine sont liées à l’intensification des systèmes agricoles et entre autres à l’utilisation massive de pesticides. Les modifications des pratiques agricoles se sont traduites par la diminution des ressources alimentaires et des sites de nidification qui sont des facteurs limitants pour les oiseaux de plaine. L’Outarde canepetière, loin de faire exception, a vu ses effectifs diminuer de façon drastique dans les plaines cultivées d’Europe.

Sur la façade Atlantique, l’habitat favorable à l’outarde, fondé sur des systèmes de polyculture-élevage, n’existe plus que sur certains sites du Poitou-Charentes, des Pays de la Loire et du Centre. Cet habitat est en constante régression en raison de la disparition des jachères et du développement concomitant des cultures intensives, céréales et agrocarburants. Le déclin des populations d’Outarde canepetière dans les plaines céréalières du Centre et de l’Ouest est le résultat de profondes modifications des pratiques agricoles engagées dans les années 60 et dont l’impact s’est accéléré au cours des années 80-90.

Seul le pourtour méditerranéen présente pour l’instant des surfaces en quantité suffisantes, en particulier en Crau. En Languedoc-Roussillon ainsi qu’en Provence, la stabilité de l’habitat n’est pas assurée, principalement à cause de l’évolution de l’agriculture et de l’urbanisation croissante.

Partout en France, l’urbanisation des terres agricoles et la construction d’infrastructures érodent petit à petit le milieu disponible pour l’Outarde canepetière.


Mots-clés

LPO Agir pour la biodiversité

DREAL Poitou-Charentes